Reinvention of a theorem leading to place 12 vile vortices, from Ivan Sanderson theory, on maps. The areas are then extruded and the map is fold in order to create passage and emptiness. Variable dimensions, 2017.

In 1972, the American biologist and father of the crytozoolgy Ivan T. Sanderson, publishes « the Twelve Devil’s Graveyards Around the World », in which he develops a theory locating twelve specific geographical zones around the world that he named « vil vortex ». These zones, positioned according to a precise geometrical pattern, are, according to the author, the theater of mysterious disappearances and strange phenomena. These informations are used as starting point by Maxime Bondu to reinvents a possible theorem allowing to draw zones on a planisphere as described and positioned by Sanderson. Once drawn on a map, zones are carefully extruded, leaving empty spaces, and folded in a random way to create geographical correspondences and holes which appears then as the representation of possible passages. The forms obtained, placed under a frame of the original size of the map, also formalize the space left by the folding and calls back one of the big theories of the contemporary cosmology; the universe could be smaller than planned and would be similar to a ball of crumpled paper.

—◆—

En 1972, le biologiste américain et père de la cryptozoologie Ivan T. Sanderson publie The Twelve Devil’s Graveyards Around the World, où il élabore une théorie localisant douze zones géographiques spécifiques autour du monde qu’il nomme vil vortex. Ces zones, positionnées selon un motif géométrique précis sont, d’après l’auteur, le théatre de mystérieuses disparitions et de phénomènes étranges. Partant de ces informations,  Maxime bondu réinvente un possible théorème permettant de tracer sur un planisphere les zones décrites et positionnées par Sanderson. Une fois dessinées sur la carte, les zones sont soigneusement extrudées pour laisser place à un vide et pliées de façon aléatoires afin de créer des correspondances géographiques et des trous qui apparaissent alors comme la représentation de possibles passages. Les formes obtenues,  placées dans un caisson de la taille originale de la carte, formalisent également le vide laissé par le pliage et rappelle une des grandes théories de la cosmologie contemporaine ; l’univers pourrait être plus petit que prévu et s’apparenterait une boule de papier froissé.