Tool deduced to place stars on a wall from the Memorial wall at the CIA Headquarter, wall painting made by using the tool, Print of a scan of the  the New York Times page (April 2nd 1978) archived and stamped by the CIA and where was published a job offer to enter CIA.

« Johnston creates a star by first tracing the new star on the wall using a template. Each star measures 2¼ inches tall by 2¼ inches wide and half an inch deep; all the stars are six inches apart from each other, as are all the rows. Johnston uses both a pneumatic air hammer and a chisel to carve out the traced pattern. After he finishes carving the star, he cleans the dust and sprays the star black, which as the star ages, fades to gray. »
Extract from, The stars on the wall, CIA website.

« You will know the truth and the truth will set you free. »

This verse from Saint John, (Jn 8, 32), is engraved on the left wall ion the entrance hall of the CIA headquarter at Langley, Virginia, USA. On the same location we can find a memorial wall which honored the employee of the intelligence agency fallen in action. For each agent lost on the field appears a black engraved star on the marble wall. When an agent « disappears » , Tom Johnston, the actual stone carver get a template out of a safe, which were created by his mentor, and carve the wall. By using collected datas and deduction, Maxime Bondu reproduce the possible tool used to place and draw a star from the others. This deduced tool is then used to draw stars on a wall which appears as counter-monument. In echo, there is a picture of an advertise of a job offer at the CIA published in the New york times. (April 2nd 1978) on which we can see the ambiguity of an agence created to operate in clandestinity.

 

« Tim Johnston réalise une étoile en commençant par tracer la nouvelle étoile sur le mur à l’aide d’un gabarit. Chaque étoile mesure 5,7 cm de haut par 5,7 cm de large et fait 1,3 cm de profondeur ; toutes les étoiles sont espacées de 15 cm les unes des autres, tout comme le sont les rangées entre elles. Johnston utilise à la fois un marteau pneumatique et un burin pour creuser le motif préalablement dessiné. Une fois qu’il a terminé de graver l’étoile, il dépoussière et peint l’étoile en noir, qui avec l’âge tend vers le gris. »
Extrait de, The stars on the wall
, site de la CIA.

« You will know the truth and the truth will set you free. »

Ce verset de l’Evangile selon Saint Jean, « Et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32), est gravé sur le mur de gauche du hall d’entrée du quartier général de la Central Intelligence Agency (CIA), à Langley (Virginie, USA). Également situé dans le hall d’entrée, le Memorial Wall honore les employés de l’agence de renseignements américaine morts en mission. A chaque agent perdu sur le terrain, lui est substitué une étoile noire gravée dans le marbre du mur. Lorsqu’un agent « disparaît », Tim Johnston, l’actuel tailleur de pierre, sort d’un coffre fort le gabarit créé par son prédécesseur et entaille le mur. Usant à la fois du recoupement des données existantes et de déduction Maxime Bondu tente de reproduire l’outil possible qui prévaut au bon positionnement des étoiles les unes par rapport aux autres.  L’outil déduit est alors utilisé pour formaliser un ensemble d’étoile au mur devenant un « contre monument ».  En echo, se juxtapose la photographie d’une offre d’emploi datant du 2 avril 1978, publiée dans le New York Times et émise par la CIA afin de recruter de nouveaux employés sur laquelle on perçoit totue l’ambiguité d’un agence créer pour opérer clandestinement.